Publié le mardi 20 janvier 2004

Ouvaton en danger !

Mon hébergeur est en danger !

Dans l’affaire Stopub qui conduit la société Métrobus (groupe Publicis)à poursuivre la société coopérative d’hébergement Ouvaton, l’audience du TGI de Paris du 19 janvier est repoussée au lundi 26 janvier à 17 heures. Métrobus qui est à l’initiative de la demande n’ayant communiqué ses conclusions à Ouvaton que deux heures avant l’audience, maître Marc Lipskier (cabinet Bird and Bird) avocat d’Ouvaton a demandé le renvoi.

Alors que le gouvernement s’aprête à travers la LEN à détruire le secteur de l’hébergement internet en France, Métrobus-Publicis poursuit son travail d’acharnement économico-judiciaire contre Ouvaton. Métrobus-Publicis continue sur la voie choisie : celle d’une enquête semie-privée pour trouver les responsables des appels aux barbouillages des publicités dans le métro.

Suite au jugement du 1er décembre 2003, Ouvaton a immédiatement transmis les informations en sa possession, celles-ci incluent des données incontestables telle une référence de transaction par carte bancaire.

Mais dans le monde joyeux des balais à colle, on a vite fait de se retrouver suspect de trahison à l’égard de la cause publicitaire. Semblant découvrir un certain nombre d’évidences, Métrobus-Publicis insiste auprès d’Ouvaton en soupçonnant la coopérative de ne pas avoir été loyale dans les renseignements fournis. La demande pécunière est très importante.

Ouvaton s’élève vigoureusement contre ce procès d’intention qui entache sa probité et mobilise inutilement ses ressources. La coopérative souhaite que cette histoire qui allie mauvaise foi et inconséquence se conclue au plus vite.

Voir en ligne : TROBUS - OUVATON (20/01).