Jeudi 13 septembre 2012

Freelance et Appel d’Offre

Les collectivités sont tenues de lancer un AO dès que le budget prévu est supérieur à 4000 15000€.

Un AO, c’est une procédure mise en place pour permettre à une collectivité ou une entreprise de choisir :

  • l’offre la plus adaptée à ses besoins
  • à un coût raisonnable
Retour Sommaire

Effets pervers des AO

Les coûts cachés d’un AO sont énormes :

  • temps passé à rédiger le CdC
  • temps passé par les entreprises qui répondent en pure perte puisqu’une seule sera sélectionnée [1]
  • temps passé à étudier les réponses

De plus, la plupart du temps :

  • il n’est pas possible de rencontrer l’émetteur de l’AO pour préciser son besoin et proposer une solution plus adaptée
  • et le gagnant de l’AO sera celui qui sait faire le meilleur dossier commercial, sans forcément avoir la compétence technique derrière [2]
  • et l’émetteur de l’AO a rarement les compétences pour évaluer la pertinence de la réponse et la compétence

Et parfois, l’AO est truqué et fait uniquement pour la forme, le prestataire étant déjà choisi d’avance.

Retour Sommaire

Conséquences pour un Freelance

Par définition, le Freelance est seul pour répondre. Répondre va donc prendre 100% de son temps, pour environ 10% de réussite.

Alors que la grosse SSII a un (technico)-commercial affecté à répondre qui représente 10% de la masse salariale, pour 10% de réussite.

L’équation est donc simple : le Freelance est forcément perdant puisqu’il dépense 10 fois plus d’énergie que la grosse boite pour le même résultat [3].

Retour Sommaire

Que faire ?

Le Freelance a donc tout intérêt à :

  • être choisi par ses clients
  • et être pris comme sous traitant des grosses boîtes qui ont remporté l’AO sans avoir effectivement la compétence en interne [4]

Retour Sommaire

Les articles de loi :

[1À ce titre, et puisque tout travail mérite salaire, il serait bon de prévoir un prix aux perdants, surtout si des maquettes sont demandées.

[2Y’a du vécu !

[3Sans compter que souvent, les Freelances sont éliminés d’offices car jugés peu fiables dans la durée.

[4Là aussi, y’a du vécu !