Jeudi 8 décembre 2005

J’étais à la Feria !

Que du bonheur !

Je me suis rendu à la Feria SPIP 2005 ni pour faire quelque chose, ni pour trouver d’éventuels clients.

J’y étais pour le plaisir d’y être, et il fut grand !

Photo de Jacques à la Feria <span class="caps">SPIP</span> 2005Plaisir de rencontrer (enfin !) ceux avec qui j’échange des mails depuis bientôt trois ans.

Plaisir de mettre un visage sur des personnes qui n’étaient auparavant que des pseudo ou des noms.

J’y étais pour y être présent. J’ai été comblé.

La photo illustrant cet article a été prise lors de la Feria par Izo, merci à lui.

Comme l’une des personnes présente à pu le dire, « c’est la première rencontre informatique ou ce n’est pas des cartes de visites, mais des bises que l’on s’est échangées en partant. ».

J’en profite pour rappeler ici que la communication présentielle ne peut pas passer par les moyens modernes dits de « communication » (téléphone, vidéophone, messagerie instantanée, mails, SMS). Pour être précis, la présence n’est pas transmissible par un outil opérant par quantification d’une donnée (son, image). La présence ne peut donc passer que dans le face à face présentiel ou par le manuscrit (mais pas par fax d’un écrit).

De ceci découle que les seuls éléments que l’on puisse transmettre via les moyens modernes de « communication » sont purement informatifs. On devrait donc dire outils d’information et non de communication.

Conséquence, si à la lecture d’une information on éprouve une émotion (quelle qu’elle soit), cette émotion n’a pas de rapport avec l’émetteur de cette information (contrairement à ce qui peut se passer en mode présentiel).

C’est pour cela qu’il était essentiel pour moi d’être présent à la Feria…